Comment les alliés pourraient-ils aider Netanyahu à vaincre les accusations ?

Par ELEANOR H. REICH, Associated Press

TEL AVIV, Israël (AP) – L’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est sur le point de reprendre ses fonctions, d’où il pourrait essayer de faire disparaître ses problèmes juridiques de plusieurs années grâce à une nouvelle législation avancée par ses alliés d’extrême droite et ultra-orthodoxes. Les critiques disent qu’une telle croisade juridique est une attaque contre la démocratie israélienne.

Netanyahu, 73 ans, qui est jugé pour corruption, sera probablement soutenu par une majorité gouvernementale loyale et confortable qui pourrait lui accorder une bouée de sauvetage contre sa condamnation.

Les défenseurs du système judiciaire affirment que les changements proposés permettraient aux législateurs d’abuser de leur autorité et de perturber le fragile équilibre des pouvoirs qui les maintient sous contrôle.

« Cela nous amène à une situation où toute notre démocratie se résume à des élections, mais une fois que vous êtes élu, vous pouvez faire ce que vous voulez », a déclaré Amir Fuchs, chercheur principal au groupe de réflexion Israel Democracy Institute de Jérusalem. « Ce n’est pas une situation normale dans une démocratie. »

Caricatures politiques sur les dirigeants mondiaux

Caricatures politiques

La droite israélienne a cherché pendant des années à changer le système judiciaire, le présentant comme un obstacle interventionniste et de gauche à son programme législatif. La composition de la coalition attendue ouvre désormais la voie à de tels changements.

Netanyahu est jugé pour fraude, abus de confiance et acceptation de pots-de-vin dans trois scandales impliquant de riches associés et de puissants magnats des médias. Il nie tout acte répréhensible et s’est présenté comme une victime d’une chasse aux sorcières par les forces de l’ordre et le système judiciaire.

Les rivaux politiques de Netanyahu affirment que de telles allégations de procureurs et de juges prétendument politisés font partie d’une campagne visant à éroder la confiance du public dans le système judiciaire et finalement à l’affaiblir.

Netanyahu a affirmé que les changements juridiques proposés n’auraient pas d’incidence sur l’issue de son procès. Pendant son procès, il est lié par un accord de conflit d’intérêts limitant ses relations avec le système judiciaire, bien qu’il ne soit pas clair si cela sera appliqué.

Voici un aperçu des manœuvres juridiques qui pourraient aider Netanyahu :

Le changement le plus controversé viserait la Cour suprême d’Israël dans ce que les critiques disent être un coup direct à la démocratie israélienne.

Les partenaires de Netanyahu disent que la Cour suprême intervient trop souvent pour rejeter les lois de droite. Ils disent que les électeurs choisissent leurs législateurs pour créer des lois et que la Cour suprême conteste ces lois est un affront au choix du peuple.

Israël n’a pas de constitution, s’appuyant plutôt sur un ensemble de « lois fondamentales » qui consacrent les droits et les libertés. Les tribunaux sont chargés de vérifier que la législation est à la hauteur de ces lois. La Cour suprême est considérée comme le dernier recours des minorités et d’autres groupes qui contestent une législation qu’ils perçoivent comme discriminatoire.

La clause de dérogation, qui devrait faire partie des premières mesures de la coalition, permettrait au gouvernement de traiter certaines décisions de la Cour suprême comme non contraignantes. Selon la proposition, toujours en cours de négociation, la coalition pourrait annuler les décisions avec n’importe quelle majorité, donnant au bloc au pouvoir un pouvoir écrasant pour perturber le système de freins et contrepoids d’Israël.

Yaniv Roznai, professeur de droit à l’Université Reichman près de Tel-Aviv, a déclaré qu’une fois la clause de dérogation adoptée, le gouvernement pourrait approuver d’autres modifications de la loi qui pourraient disculper Netanyahu.

Les alliés de Netanyahu prévoient d’élaborer une loi qui reporterait la poursuite d’un Premier ministre en exercice pour des crimes présumés jusqu’à ce qu’il quitte ses fonctions. C’est ce qu’on appelle la « loi française » parce qu’en France, les présidents en exercice sont à l’abri des poursuites.

Les Premiers ministres israéliens en exercice peuvent être poursuivis. Mais contrairement à la France, les dirigeants israéliens n’ont pas de limite de mandat, ce qui signifie que le bouclier d’immunité pourrait durer des années. Netanyahu est le plus ancien dirigeant d’Israël, ayant régné pendant 15 ans et il n’a pas l’intention de prendre sa retraite.

Selon le plan, un Premier ministre pourrait être poursuivi pour certains crimes, mais cela exclut les accusations de corruption. Fuchs, le chercheur, a déclaré que cela donne l’impression que la loi est faite sur mesure pour Netanyahu.

Les alliés de Netanyahu se sont engagés à supprimer du code pénal l’accusation même dont Netanyahu est accusé dans trois affaires : fraude et abus de confiance.

Ils disent que le crime est mal défini, ce qui donne trop de pouvoir discrétionnaire au tribunal lorsqu’il décide d’une condamnation. Ils disent que cela expose les législateurs à un risque excessif de poursuites injustifiées.

Les critiques disent que l’effacement de l’accusation supprimerait une garantie contre la corruption. Ils soutiennent que cibler l’accusation même dont Netanyahu est accusé pourrait éroder l’État de droit, ouvrant la porte à de nouvelles modifications du code juridique pour sauver d’autres législateurs.

Yoav Sapir, un ancien défenseur public en chef israélien, a déclaré que l’annulation d’une infraction avait un effet rétroactif. Cela pourrait conduire à l’abandon des charges dans les trois affaires de Netanyahu et à l’annulation complète de deux affaires sur trois.

RECONFIGURATION DU PROCUREUR GÉNÉRAL

Aujourd’hui, le procureur général d’Israël consulte le gouvernement sur la viabilité juridique de la législation et le représente devant les tribunaux, tout en étant également chargé de protéger l’intérêt public de tout préjudice causé par les autorités gouvernementales. Le procureur général est nommé par le gouvernement et doit être autorisé par un comité professionnel composé d’anciens fonctionnaires de la justice et d’autres personnes.

Les alliés de Netanyahu veulent diviser le poste de procureur général en trois emplois distincts, tout en faisant au moins deux des nominations politiques.

L’actuelle procureure générale, Gali Baharav-Miara, a été nommée par le gouvernement sortant et elle semble avoir soutenu la décision de son prédécesseur d’inculper Netanyahu. Et même si la licencier est compliqué et a une mauvaise optique, diviser le poste la maintiendrait à son poste jusqu’à la fin de son mandat en 2028 tout en transférant certaines de ses responsabilités à une personne nommée politiquement qui pourrait décider d’arrêter le procès.

Les déboires juridiques de Netanyahu donnent une influence démesurée à ses partenaires potentiels de la coalition, qui ont mené une négociation difficile dans des pourparlers plus difficiles que prévu actuellement en cours pour former un gouvernement.

Ses alliés réclament des portefeuilles influents, comme la défense, les finances et la sécurité publique. Ils veulent également accorder l’immunité légale aux soldats opérant contre les Palestiniens, autoriser la ségrégation sexuelle dans certains espaces publics et augmenter les allocations gouvernementales pour des dizaines de milliers de juifs ultra-orthodoxes qui, au lieu de travailler, étudient des textes juifs.

Les partis ultra-orthodoxes et d’extrême droite pourraient détenir la clé du salut légal de Netanyahu, leur accordant un grand pouvoir pour décider de l’agenda du prochain gouvernement et façonner l’avenir d’Israël.

Droits d’auteur 2022 L’Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page