De nouvelles grèves ferroviaires atteindront le pic des voyages de Noël, annonce le syndicat RMT | Actualité économique

Une nouvelle série de grèves ferroviaires à l’approche de Noël et du Nouvel An a été annoncée.

Les travailleurs doivent organiser une série de grèves de 48 heures en décembre et janvier dans le cadre d’un conflit de longue date sur les salaires, les emplois et les conditions de travail, a déclaré le syndicat des cheminots, maritimes et des transports (RMT).

Plus de 40 000 membres du réseau et 14 sociétés d’exploitation de trains sortiront les 13, 14, 16 et 17 décembre et les 3, 4, 6 et 7 janvier.

Des pourparlers étaient en cours au cours des six mois différend ferroviaire sur les suppressions d’emplois, les salaires et les conditions de travail. En conséquence, le RMT avait évité prévu tôt Grèves de novembre.

Les cheminots devaient se rendre sur les lignes de piquetage les 5, 7 et 9 novembre, mais ont annulé les débrayages et engagé deux semaines de pourparlers.

A l’issue de ces pourparlers, les opérateurs ferroviaires devaient faire des propositions écrites que le syndicat devait proposer aux membres, a indiqué le RMT.

Le syndicat a déclaré que l’opérateur ferroviaire Network Rail devait présenter ses nouvelles propositions écrites le 17 novembre, mais ne l’a pas fait.

Le Rail Delivery Group, représentant les sociétés d’exploitation ferroviaire, devait également présenter des propositions écrites mais « sans aucune explication crédible a refusé » de le faire.

Le secrétaire général du RMT, Mick Lynch, a déclaré : « Après quinze jours de discussions, les COT [train operating companies] s’était engagé à faire une offre ferme par écrit pour la première fois aujourd’hui.

« Ils ont annulé la réunion avec un préavis d’une heure, et nous pouvons sentir la main du gouvernement conservateur là-dedans car nous pensons qu’ils ne permettent pas qu’une offre soit faite. »

« Cela s’ajoute au fait que Network Rail n’a pas fait de nouvelle proposition à la fin de la semaine dernière. »

La semaine dernière, le syndicat était mandaté par les membres de poursuivre la grève pendant encore six mois.

Le RMT n’est qu’un des nombreux syndicats ayant organisé et menaçant actuellement une action revendicative.

Fonctionnaires, infirmières, postiers, ambulanciers et sapeur pompier les syndicats ont tous observé ou organisé des débrayages du travail.

Le Syndicat des travailleurs des communications, qui représente courrier Royal travailleurs, vote mardi s’ils ont confiance dans le PDG de l’entreprise, Simon Thompson.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page