Indyref2: Les quatre résultats possibles alors que l’Ecosse attend la décision de la Cour suprême | Nouvelles du Royaume-Uni

La discussion intense sur l’avenir de l’Écosse atteint une autre étape majeure.

Les politiciens des deux côtés de l’Ecosse débat sur l’indépendance attendent avec impatience le jugement de la Cour suprême sur la question de savoir si le parlement écossais a le pouvoir de légiférer pour un deuxième référendum sans l’approbation de Westminster.

Suivez les mises à jour dans le Politics Hub

Cinq juges – qui ont passé le mois dernier à examiner 8 000 pages d’arguments juridiques – doivent rendre leur décision à 9h45 aujourd’hui.

Il y a quatre résultats possibles.

Le gouvernement écossais gagne

Si le gouvernement écossais gagne, les militants disent que cela déclencherait essentiellement le début d’une campagne référendaire.

Cela permettrait Nicolas Sturgeon de déposer le projet de loi sur le référendum au parlement écossais, où il passerait parce que la majorité des MSP sont des partisans de l’indépendance.

Un premier ministre enhardi exigerait de nouvelles discussions avec le Premier ministre Rishi Sunak pour rechercher l’accord « étalon-or » similaire à 2014.

Il est probable que ces discussions seraient tendues.

Le gouvernement britannique gagne

Le deuxième scénario est que le tribunal se range du côté du gouvernement britannique et que le consentement des règles est nécessaire à Westminster pour organiser à nouveau un référendum.

Downing Street aurait le sentiment que sa position a été justifiée, mais Mme Sturgeon est susceptible de soutenir qu’il s’agit d’une attaque contre la démocratie et « prouve » que l’Écosse est « piégée dans une union inégale ».

La première ministre a clairement indiqué qu’elle utiliserait les prochaines élections générales sur la seule question de savoir si l’Écosse devait devenir indépendante.

Ses ministres disent que ce serait un référendum « de facto » ; leurs adversaires disent qu’ils boycotteront un tel scénario.

Le tribunal ne rend aucune décision

Un autre résultat possible est que le tribunal décide qu’il n’est pas en mesure de statuer sur un référendum créé par Holyrood parce que la législation prévue est encore sous forme de projet.

Le tribunal donne un avis – même prématuré

Et même si les avocats du gouvernement britannique ont exhorté les juges à s’abstenir de statuer sur des scénarios hypothétiques, ils pourraient décider d’offrir un point de vue pour clarifier les choses une fois pour toutes.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

‘Fiction’ d’union si référendum bloqué

Comment on est venu ici?

À l’approche du référendum écossais de 2014, l’ancien premier ministre Alex Salmond puis le premier ministre David Cameron ont signé un accord officiel pour permettre le vote.

Le résultat final a été que l’Écosse a voté pour rester au Royaume-Uni.

Depuis lors, le gouvernement SNP de Mme Sturgeon a remporté toutes les élections écossaises et inscrit un engagement référendaire dans chaque manifeste.

Mme Sturgeon a fait valoir, entre autres, que l’Écosse avait été « traînée » hors de l’UE malgré le vote pour rester.

Elle insiste sur le fait que son parti a pour mandat de tester l’électorat sur la question de l’indépendance le 19 octobre 2023.

Cependant, cette fois, le gouvernement conservateur de Westminster n’accepte pas un deuxième vote.

Les premiers ministres successifs ont déclaré que le vote de 2014 était décisif et que le SNP devrait plutôt se concentrer sur l’amélioration des défis nationaux dans l’éducation et les services de santé.

Rishi Sunak et Nicola Sturgeon se rencontrent pour la première fois depuis qu'il est devenu Premier ministre.
Image:
Rishi Sunak et Nicola Sturgeon

Pourquoi cette décision est importante

Il y a eu une impasse entre Holyrood et Londres pendant des années.

L’impasse politique a atterri devant la Cour suprême en octobre, où le gouvernement écossais a demandé des éclaircissements sur la tenue d’un vote à Édimbourg sans le consentement de Londres.

Il a fait valoir que tout référendum serait « entièrement consultatif » sans « conséquences juridiques ».

Les avocats du gouvernement britannique ont insisté sur le fait qu’il était clair que Holyrood ne détenait pas le pouvoir pour un deuxième vote et ont exhorté les juges à rejeter l’affaire.

Ils ont fait valoir qu’il serait « prématuré » de statuer sur quelque chose qui n’est qu’un projet de loi à ce stade.

Le rôle de la Cour suprême est d’examiner la question uniquement d’un point de vue juridique.

On ne peut sous-estimer l’importance de cette décision, car presque tous les problèmes quotidiens en Écosse sont vus à travers le prisme de la constitution.

C’est sans doute le plus grand éléphant politique dans la salle, s’attardant sur le débat national.

Presque tous les sondages suggèrent que les Écossais sont divisés sur l’avenir du pays, et il n’est pas clair si ce jugement aidera à régler la question.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page