La Douma russe donne son approbation finale au projet de loi sur la « propagande » LGBTQ

MOSCOU (AP) – Les législateurs russes ont donné jeudi leur approbation finale à un projet de loi qui étend considérablement les restrictions sur les activités considérées comme promouvant les droits des homosexuels dans le pays, une autre étape dans une répression de plusieurs années contre la communauté LGBTQ assiégée du pays.

Le nouveau projet de loi élargit l’interdiction de ce que les autorités appellent la « propagande des relations sexuelles non traditionnelles » aux mineurs, établie par une loi surnommée la loi sur la « propagande gay ». Il a été adopté par le Kremlin en 2013 dans le but de promouvoir les « valeurs traditionnelles » en Russie.

Cette année, les législateurs ont décidé d’interdire la diffusion de telles informations aux personnes âgées de 18 ans et plus.

Le projet de loi a été approuvé jeudi en troisième et dernière lecture par la Douma d’Etat, la chambre basse du parlement. Il ira ensuite à la chambre haute, le Conseil de la Fédération, puis au président Vladimir Poutine, dont la signature lui donnera force de loi.

Le nouveau projet de loi interdit toutes les publicités, les médias et les livres de ressources en ligne, les films et les productions théâtrales considérés comme contenant une telle « propagande », un concept vaguement défini dans le projet de loi. L’interdiction de 2013 a souvent été promulguée contre toute représentation d’unions homosexuelles et utilisée comme un outil pour réprimer les groupes de défense des droits des LGBTQ et les militants.

Caricatures politiques sur les dirigeants mondiaux

Caricatures politiques

Les infractions sont passibles d’amendes. S’ils sont commis par des non-résidents, ils peuvent entraîner leur expulsion de Russie. Les amendes vont de 100 000 à 2 millions de roubles (1 660 $ à 33 000 $). Pour certaines violations, les étrangers pourraient faire face à 15 jours de détention avant l’expulsion.

Le projet de loi ne fait pas des infractions une infraction criminelle. La loi russe stipule que le code pénal ne peut être modifié que par un projet de loi indépendant. Certains législateurs ont laissé entendre qu’ils étaient favorables à une telle mesure.

La Russie a explicitement interdit les mariages homosexuels en 2020 en adoptant des amendements à la Constitution du pays qui, entre autres, stipulaient que «l’institution du mariage est une union entre un homme et une femme».

Droits d’auteur 2022 L’Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page