Les talibans frappent 12 personnes devant la foule d’un stade en Afghanistan

ISLAMABAD (AP) – Les talibans ont fouetté trois femmes et neuf hommes devant des centaines de spectateurs dans un stade de sport provincial mercredi, signalant la reprise par le groupe extrémiste religieux d’une forme brutale de punition qui était une caractéristique de leur régime dans les années 1990.

Le bureau du gouverneur de la province de Logar, au sud de la capitale de Kaboul, a invité « des érudits honorables, des moudjahidines, des anciens, des chefs tribaux et des populations locales » au stade de la ville de Pul Alam à Logar. Les invitations pour l’événement de 9 h ont été lancées via les médias sociaux.

Les personnes punies ont reçu entre 21 et 39 coups de fouet chacune, après avoir été condamnées par un tribunal local pour vol et adultère, a déclaré un responsable du bureau du gouverneur qui a parlé sous couvert d’anonymat car il n’était pas autorisé à partager des détails avec les médias.

Le responsable a déclaré que des centaines de personnes ont assisté aux coups de fouet et qu’une interdiction a été imposée de prendre des photos et des vidéos.

La reprise de la pratique a souligné l’intention des talibans de s’en tenir à leur interprétation stricte de la loi islamique, ou charia.

« La charia est la seule solution aux problèmes en Afghanistan et doit être appliquée », a déclaré plus tard le vice-gouverneur de Logar, Enayatullah Shuja, dans un communiqué à propos des coups de fouet.

De tels coups de fouet publics, ainsi que des exécutions publiques et des lapidations pour de prétendus crimes, étaient courants pendant la première période du régime taliban, de 1996 à 2001, lorsque les militants ont été chassés lors d’une invasion menée par les États-Unis.

Après une insurrection de 20 ans, les talibans sont revenus au pouvoir en août 2021, coïncidant avec le retrait des troupes américaines et étrangères du pays.

Immédiatement après leur deuxième prise de contrôle du pays, les talibans ont promis d’être plus modérés et de respecter les droits des femmes et des minorités. Au lieu de cela, ils ont des droits et des libertés restreints, y compris une interdiction de l’éducation des filles au-delà de la sixième année.

Le premier coup de fouet public confirmé depuis la prise de pouvoir des talibans l’an dernier a eu lieu le 11 novembre, lorsque 19 hommes et femmes ont reçu 39 coups de fouet chacun pour vol présumé, adultère et fugue.

Les anciens insurgés ont eu du mal à passer de la guerre au gouvernement dans un contexte de ralentissement économique et de refus de reconnaissance officielle par la communauté internationale.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page