L’invasion en cours de l’Ukraine par la Russie repousse l’un des plus grands géants technologiques russes

Le président russe Vladimir Poutine arrive à la cérémonie d’accueil à Erevan, en Arménie, le 23 novembre 2022.Contributeur/Getty Images

  • Yandex, le plus grand géant russe de la technologie, veut rompre les liens avec le pays, selon le NYT.

  • La société mère de Yandex s’inquiète de l’impact de la guerre ukrainienne sur ses activités.

  • La sortie pourrait porter un coup au président Poutine alors qu’il concentre ses efforts sur la technologie et les produits locaux.

La Russie risque de perdre sa plus grande entreprise technologique, ce qui mettrait un frein aux plans du président Poutine visant à promouvoir des alternatives russes à la technologie occidentale.

Yandex, souvent appelé Google en Russie, est la plus grande entreprise Internet du pays, connue pour son navigateur de recherche et ses applications de covoiturage. Mais sa société mère basée aux Pays-Bas veut quitter la Russie en raison de l’impact négatif potentiel que l’invasion ukrainienne pourrait avoir sur ses activités, selon un rapport du New York Times. La sortie du plus grand géant russe de la technologie porterait un coup dur au président Vladimir Poutine, qui a fait un effort concerté pour produire la technologie et les biens russes alors que les sanctions restreignent l’accès aux fournisseurs occidentaux.

Dans le cadre d’un plan de restructuration plus vaste annoncé pour la première fois par le média russe The Bell, la société mère de Yandex (appelée Yandex NV) déplacerait ses nouvelles activités et les technologies les plus prometteuses – y compris les voitures autonomes, l’apprentissage automatique et les services de cloud computing – à l’extérieur de Russie, a rapporté le Times, citant deux sources anonymes proches du dossier. Ces entreprises auraient besoin d’accéder aux marchés, aux experts et à la technologie occidentaux, ce qui n’est pas viable tant que l’invasion russe de l’Ukraine fait rage et que les sanctions occidentales restent en place.

Cependant, la décision de déplacer les activités technologiques naissantes de Yandex pourrait ne pas appartenir à sa société mère. L’entreprise devra obtenir l’approbation du Kremlin pour transférer des licences technologiques enregistrées en Russie à l’extérieur du pays, a rapporté le Times. De plus, les actionnaires de Yandex devraient approuver le plan de restructuration plus large.

Le secteur technologique russe est malmené par la guerre d’Ukraine

L’activité de Yandex, autrefois saluée comme l’une des rares réussites commerciales russes, connaît des difficultés depuis l’invasion de l’Ukraine. L’histoire du géant de la technologie n’est pas sans rappeler celles de la Silicon Valley. Yandex employait plus de 18 000 personnes, valait plus de 31 milliards de dollars et est souvent appelé le « Google de la Russie ». Il avait même des bureaux au centre-ville de Palo Alto, en Californie, à un moment donné.

Mais depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, des milliers d’employés de Yandex ont quitté la Russie et le cours des actions de la société cotée à New York a perdu plus de 20 milliards de dollars presque immédiatement après la guerre, avant que le Nasdaq ne suspende la négociation de ses actions. Pendant ce temps, les actions de Yandex cotées à Moscou ont chuté de 62 % au cours de la dernière année.

Le malheur de Yandex reflète d’autres entreprises technologiques russes, qui ont lutté face aux sanctions occidentales et à l’exode de dizaines de milliers de travailleurs informatiques russes, selon un rapport d’Al Jazeera. C’est quelque chose que même Poutine ne peut nier, admettant que le secteur informatique russe connaîtra des difficultés « colossales » alors que les États-Unis et 37 autres pays restreignent l’accès de la Russie aux technologies, comme les semi-conducteurs et les équipements de télécommunications, via des contrôles à l’exportation.

Démêler la dépendance de la Russie à l’égard de l’économie mondiale a été une bataille difficile pour le pays, même avant l’invasion ukrainienne et ses sanctions.

En 2015, le Kremlin a tenté d’empêcher tous les organismes gouvernementaux d’utiliser des logiciels étrangers, mais en 2019, seuls 10 % des logiciels utilisés par l’État étaient de fabrication russe. La Russie ne dépend pas seulement de la technologie étrangère non plus. Plus de la moitié, soit 65% des entreprises russes dépendaient des importations pour leur fabrication, selon une note de 2021 de la banque centrale russe. Des voitures au papier de bureau, la plupart des entreprises font appel à des fournisseurs étrangers à un endroit quelconque de la chaîne d’approvisionnement.

Lire l’article original sur Insider

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page