Shell examinera un investissement de 25 milliards de livres sterling en mer du Nord après l’extension de la taxe sur les bénéfices exceptionnels | Actualité économique

Shell examinera 25 milliards de livres sterling d’investissements dans des projets britanniques après que la chancelière a prolongé la taxe exceptionnelle sur les sociétés énergétiques, a déclaré son président britannique à Sky News.

David Bunch a déclaré que le géant pétrolier réexaminerait chacun de ses projets au « cas par cas » après que Jeremy Hunt ait augmenté la taxe sur les bénéfices pétroliers et gaziers « excédentaires » de 25% à 35% la semaine dernière. déclaration d’automne.

La mesure porte l’impôt total payé sur les bénéfices pétroliers et gaziers à 75%, bien que les entreprises de combustibles fossiles puissent réclamer un allègement contre les investissements.

Shell a annoncé il y a cinq mois un programme d’investissement de 25 milliards de livres sterling, mais M. Bunch a déclaré que la décision du gouvernement, destinée à aider à financer le soutien énergétique et à équilibrer le bilan national, signifiait qu’il serait réexaminé.

« Nous avons présenté il y a cinq mois un ensemble d’investissements de 25 milliards de livres sterling, et la seule chose que j’ai dite, c’est que nous avons vraiment besoin d’un environnement budgétaire stable pour nous assurer que nous pouvons faire sortir cet investissement », a-t-il déclaré. « Depuis lors, nous avons eu trois budgets, deux premiers ministres, il est donc bienvenu de voir une certaine stabilité.

« Mais nous allons devoir examiner chacun de ces projets au cas par cas et les réévaluer, en fonction des perspectives budgétaires actuelles, et cela déterminera si nous investissons ou non le montant dont nous avons discuté précédemment. . »

M. Bunch a appelé le gouvernement à expliquer comment la taxe sur les bénéfices exceptionnels pourrait être supprimée si et quand ils se rapprochent des normes historiques.

« En tant que plus grande entreprise du Royaume-Uni, nous devons faire notre part. Nous comprenons le besoin qui existe et je pense que nous comprenons la nature de la taxe exceptionnelle.

« Cependant, la conception actuelle de la taxe sur les bénéfices exceptionnels n’a pas d’interrupteur. Il n’y a pas de prix auquel cette taxe sur les bénéfices exceptionnels s’éteint. C’est quelque chose dont nous aimerions parler au gouvernement.

« Nous sommes toujours incroyablement engagés envers le Royaume-Uni, c’est un grand marché, nous sommes la plus grande entreprise, nous avons mis en place un excellent programme d’investissement, j’aimerais vraiment, avec ce que nous avons entendu aujourd’hui de Rishi, aider à créer cet environnement afin que nous peut aider à construire un avenir énergétique durable, mais cela nécessitera quelques leviers différents. »

Lire plus d’actualités commerciales
« Regardez les travailleurs britanniques et non les immigrants », dit Robert Jenrick aux entreprises

Le personnel de Newport Wafer Fab exhorte Shapps à « voir le sens » de la vente forcée
Virgin Atlantic suspend son soutien à la troisième piste d’Heathrow

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Taxe exceptionnelle sur les profits des géants pétroliers

Les sociétés pétrolières et gazières ont profité de prix élevés tirés par la demande et, plus tard, par la guerre en Ukraine, et ont été frappées par la première itération de la taxe sur les bénéfices exceptionnels à 25 % en mars par le chancelier de l’époque, Rishi Sunak.

La société a déclenché des appels à un examen le mois dernier lorsqu’elle a révélé que sa branche britannique n’avait payé aucun impôt sur les bénéfices exceptionnels malgré l’enregistrement de bénéfices mondiaux de 26 milliards de livres sterling en raison de l’allégement couvrant les projets de forage en mer du Nord.

M. Bunch a également révélé que Shell n’acceptera aucune aide énergétique du gouvernement pour aucune de ses entreprises malgré le fait que le programme actuel, qui se termine en avril, est disponible pour les entreprises de toute taille.

« Nous n’accepterons aucun soutien énergétique aux entreprises de la part du gouvernement, je ne pense pas que quiconque s’y attendrait, mais c’est clairement la bonne chose à faire, et je pense que ce soutien doit être très ciblé sur ceux qui en ont vraiment besoin. , à la fois les entreprises et les consommateurs. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page